Navigation – Plan du site
2001

Pouzoulet C., New York, construction historique d´une métropole, 1999, Paris, Ellipses, 128 p.

Catherine Rhein

Texte intégral

1Il s´agit d´histoire urbaine et le fil de l´ouvrage est celui du temps, mais d´un temps complexe : celui de l´évolution de la métropole new-yorkaise, dans ses dimensions économique, socio-politique et urbaine. Cet ouvrage porte précisément sur les processus d´urbanisation et de différenciation sociale de Manhattan et des cinq boroughs qui composent le Grand New York, et il porte aussi sur les procédures de planification des usages du sol, des transports et des activités portuaires. Cet ouvrage vient fort heureusement compléter, avec le dernier ouvrage de C. Pouzoulet sur les rapports socio-politiques contemporains et leur rôle central dans la construction de New York (1), une série bien courte de travaux publiés en français sur cette métropole. Rappelons en effet les travaux de J. Heffer sur le port de New York, ceux de C. Cardia sur l´histoire du logement et des quartiers des couches ouvrières et populaires new yorkaises au XIXème siècle, enfin ceux de Nancy Green sur l´industrie de l´habillement et sur les communautés juives de New York et de Paris (2).

2Dans le premier chapitre, l´auteur propose une synthèse de l´histoire du développement urbain et portuaire de New York des origines, c´est-à-dire de la fondation d´une colonie hollandaise en 1624 sur l´île de Mannahatta, aux années 1890, en passant par les temps forts de cette histoire urbaine que sont la création du plan en damier de 1811, dont les limites sont situées très au-delà de la partie alors urbanisée, l´ouverture du canal Erié en 1825 et les grandes vagues de peuplement par immigration qui se succèderont à partir du milieu du XIXème siècle.

3Le deuxième chapitre porte sur l´évolution de New York à la fin du XIXème siècle. La ville change alors radicalement de morphologie, par l´apparition des gratte-ciel, par la création de Central Park et par la construction massive des tenement houses destinées aux couches populaires : six illustrations photographiques le montrent, de manière convaincante. C. Pouzoulet propose aussi une analyse des deux outils fondamentaux de planification - privée autant que publique : le Greater New York, créé en 1898, qui en constitue le cadre, et le plan de zonage de 1916, fortement inspiré des effets attendus du développement du réseau ferré métropolitain qui est alors en plein essor. Enfin la mise en place et le développement des grandes machines municipales de Tammany, puis de Purroy, sont présentées ici de façon à la fois complète, c´est-à-dire dans toutes leurs dimensions, et de manière cependant très pédagogique.

4C´est à partir des années 1910 que la métropole s´étale considérablement. Les boroughs, ceux du Bronx et de Brooklyn en particulier, s´urbanisent et une nouvelle division sociale et ethnique de l´espace s´esquisse, sans que la densité y atteigne celle de Manhattan. Une nouvelle région métropolitaine se constitue, dès l´entre-deux-guerres, sous le double effet du développement des moyens de transport et de l´essor économique, à la fois portuaire et bancaire. Deux grands réseaux de transports métropolitains se développent à partir de 1904 pour l´Interborough Rapid Transit (IRT), de 1913 pour le Brooklyn Manhattan Transit Corporation (BMT), induisant un puissant mouvement de spéculation foncière et d´urbanisation au fil des nouvelles lignes. Les différentes facettes de ces processus sont présentées de manière très intégrée par C. Pouzoulet, qui propose une analyse des transformations rapides et radicales des quartiers déjà existants, en particulier de Harlem, induites par l´évolution d´ensemble de la métropole ; le chapitre se clôt sur la présentation des formes et processus d´urbanisation des grands boroughs du Bronx et de Brooklyn.

5Dans un quatrième et dernier chapitre, l´analyse des politiques publiques est proposée de manière très riche ; elle porte en effet non seulement sur le contenu de ces politiques, mais aussi sur les enjeux socio-politiques dont elles sont chargées. Dès 1929, en effet, un plan de développement régional est élaboré, mais il sera peu respecté. Pourtant l´élection du maire démocrate La Guardia, en 1933, marque un tournant dans l´histoire de la ville ; cette figure politique majeure entretiendra, avec F. D. Roosevelt, des relations privilégiées qui lui permettront d´obtenir, de l´Etat fédéral, des aides que les finances municipales exsangues n´auraient pu lui fournir. La Guardia nomme Robert Moses commissaire des parcs de la ville de New York en 1934 : c´est un poste que R. Moses ne quittera qu´en 1968, ayant accompli une œuvre considérable et survécu à huit maires et à cinq gouverneurs. L´analyse des processus et des formes de ségrégation socio-ethnique est remarquablement synthétique : elle est fondée sur une présentation très claire et très complète des structures du parc de logements et, en particulier, des implantations et du peuplement du parc social. Particulièrement intéressante pour les géographes est la partie traitant des processus d´exclusion produits, notamment, par les politiques publiques de rénovation urbaine et de logement social. Il s´agit là, sur les plans méthodologique et théorique, d´un apport important à l´analyse des processus ségrégatifs.

6L´originalité de cet ouvrage, modeste par son format, mais riche par son contenu, tient dans la finesse des analyses concernant la "forme urbaine ", d´une part, et la "forme sociale ", c´est-à-dire la société métropolitaine, d´autre part. Il est fort rare de trouver, dans les travaux de politologues et d´historiens, une compréhension aussi claire des processus spatiaux et une analyse aussi fine de cette double dimension des métropoles.

7Il faut enfin souligner l´intérêt et la qualité des cartes, plans et reproductions photographiques de vues d´immeubles et de Manhattan. Les cartes et plans vont du plan-type du block (p. 21) à la carte du Greater New York (p. 16 et p. 24), en passant par la grille de 1811 (p. 20) : cet appareil graphique, de haute qualité, est remarquablement intégré dans le texte, un texte dans lequel l´auteur joue, de manière experte, avec les changements d´échelle, sans jamais se départir d´un souci de clarté, constant au fil de l´ouvrage. C´est un ouvrage à mettre entre les mains des étudiants de tous niveaux, puisque l´ouvrage se lit à différents degrés. Les voyageurs y puiseront amplement de quoi nourrir leur curiosité, mais aussi les spécialistes de la ségrégation sociale et de la division sociale de l´espace, qui trouveront ici une présentation magistrale des rapports entre processus ségrégatifs et changements socio-politiques.

Haut de page

Notes

(1) Catherine Pouzoulet, New York, New York, espace, pouvoir, citoyenneté dans une ville-monde, Paris, Belin, 2000, 348 p.

 (2) Jean Heffer, Le port de New York et le commerce extérieur américain, 1860-1900, Paris, Presses de la Sorbonne, 1987 ; Claudia Cardia, Ils ont construit New York : histoire de la métropole au XIXème siècle, Genève, Georg éditeurs, 1987 ; Nancy L. Green, Du Sentier à la 7ème Avenue : la confection et les immigrés, Paris-New York, 1880-1980, Paris, Le Seuil, 1998, 461 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catherine Rhein, « Pouzoulet C., New York, construction historique d´une métropole, 1999, Paris, Ellipses, 128 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 28 mars 2001, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/934

Haut de page

Auteur

Catherine Rhein

rhein@msh-paris.frU.M.R. LADYSS (CNRS- Universités Paris 1, Paris 8 et Paris 10)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page