Navigation – Plan du site
2004

Barthe-Deloizy F., 2003, Géographie de la nudité. Etre nu quelque part. Editions Bréal, collection " D’autre part ", 239 p.

Antoine Fleury

Texte intégral

1"Prendre l’espace à rebrousse-poil"*

2Dans les sociétés occidentales, la nudité est devenue " un phénomène de société " très étudié par les sciences sociales. La géographie a-t-elle "quelque chose de plus, quelque chose d’autre à dire sur la question ?". C’est la position de F. Barthe-Deloizy dont l’ouvrage est une tentative pour étendre le champ de la géographie à un nouvel objet : le corps, ou plus précisément, ce que l’on montre du corps. A l’interface de plusieurs problématiques actuelles – géographie des espaces domestiques et publics, ou encore géographie des genres – l’auteur s’intéresse aux "espaces que la nudité produit, car le nu définit les lieux dans lesquels il se donne à voir". Sa réflexion s’appuie sur un certain nombre de lectures, sur des sources iconographiques ainsi que sur des enquêtes, avec une approche " européanocentrée " assumée.

3Le livre s’organise en cinq parties. La première – "L’humaine nudité : l’organisation des apparences" – adopte une approche anthropologique puis historique de la nudité et du regard porté sur elle. La seconde passe en revue les " lieux pour l’intimité : plaisir, hygiène et soins du corps nu " dans l’histoire et dans différents contextes culturels. Dans la troisième partie, l’auteur pose la question suivante : "Quelle place pour le nu dans l’espace public ?" en analysant "différents types de nudité exhibée en public". Une quatrième partie s’intéresse au naturisme : "Nudité et naturisme". C’est le nu publicitaire qui est l’objet de la dernière partie intitulée "Sémiologie du nu et discours publicitaire".

4Il en ressort un double questionnement. D’une part la nudité prend sens dans un contexte, à plusieurs échelles : du lieu au pays ou à " l’aire culturelle ". Et d’autre part, ces lieux changent avec l’évolution du regard porté sur la nudité. A l’appui de sa démonstration, l’auteur invite le lecteur à pénétrer dans ces lieux de sociabilité que sont le hammam ou le sauna (chap.4) ; ou encore dans ces lieux qui sont nés avec l’intimité, à l’intérieur de la maison : salle de bain, chambre à coucher (chap.5). Elle pose ensuite le problème de l’espace public et du rapport différencié qu’il entretient avec la nudité, en fonction des époques, en fonction des lieux et des moments (3ème partie) : à la plage surtout, mais aussi en ville, sous des formes diverses, de la Gay Pride au streaking – ces individus qui traversent nus des lieux remplis de monde – en passant par les manifestations en quête de médiatisation.

5Les géographes seront sensibles aux développements sur le naturisme, à l’appui desquels viennent des études de cas, avec plans et photographies, ainsi que des portraits de naturistes. Outre un aperçu des fondements et de l’histoire du naturisme (à ne pas confondre avec le nudisme), cette 4ème partie explique comment s’organise l’espace d’un centre naturiste, qui sont les naturistes qui le fréquentent et comment ils y vivent ensemble ; on y apprendra également que les naturistes ont leurs hauts lieux, mais que leurs attentes changent, définissant de nouvelles pratiques et de nouvelles localisations.

6* J.-F. Staszak, préface.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antoine Fleury, « Barthe-Deloizy F., 2003, Géographie de la nudité. Etre nu quelque part. Editions Bréal, collection " D’autre part ", 239 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 24 mars 2004, consulté le 25 mars 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/937

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page