Navigation – Plan du site
2004

Brunet R., 2003, Le diamant. Un monde en révolution. Paris, Belin, 416 p.

Jean-Louis Tissier

Texte intégral

1Voici un ouvrage singulier et passionnant. Roger Brunet analyse et raconte certaines mutations du monde contemporain en suivant la pierre considérée comme la plus précieuse, le diamant. De longue date le carbone d'élection des géographes a été la houille moins pure, mais ses millions de tonnes satisfaisaient les Stakhanov de la statistique. Le diamant, qui n'était pas l'un des mots de la géographie,est ici situé, traité, et taillé par R. Brunet il apparaît comme le cristal d'une géographie quasi-totale : des cratons à pipes aux passions des pierres.

2L'ouvrage présente les événements et étapes qui ont transformé l'économie du diamant depuis une quinzaine d'années. L'ancien monde du diamant, dominé par la société De Beers était caractérisé par quatre "C": Couleur, Coupe, Carat, Clarté. Le nouveau monde ajoute quatre autres "C": Confiance, Conflit, Contrebande, Cachet, avec des lieux et des acteurs nouveaux, de nouvelles pratiques.

3Le livre comprend un texte de 250 pages, un dictionnaire des acteurs (institutions, firmes et individus) de 80 pages et un dictionnaire des lieux de 80 pages, 18 cartes, 4 encadrés et 26 portraits- croquis des hommes du diamant. L'ensemble constitue donc un ouvrage-dossier que le lecteur peut actualiser par la consultation des nombreux sites Internet signalés.

4Le texte est construit en cinq chapitres. Le premier, "Un étrange cristal", présente les propriétés du matériau, la distribution évolutive de ses gisements, les différentes étapes de sa valorisation, les critères d'évaluation, les fonctions ostentatoires et les usages industriels. "Le Moyen Age du diamant", second chapitre, décrit l'empire du diamant dans la situation de monopole de la De Beers qui a prévalu pendant presque tout le XXème siècle. Il s'agit d'une situation de mondialisation avec des rapports très hiérarchisés corporatifs, féodaux (suzerain et vassaux) d'où la connotation médiévale du titre. Les figures emblématiques en sont Cecil Rhodes le fondateur victorien (1853-1902), les Oppenheimer Ernest (1880-1957), Harry (1908-2000), Nicolas (né en 1945), lignée De Beers. Les fiefs sont Kimberley et Johannesburg et leurs satellites de l'Afrique australe; Londres et ses institutions, Anvers, et ses ateliers. La diaspora juive garantit confidentialité et confiance (mazal u bracha, chance et bénédiction, en conclusion d'une transaction). Ce monde monopolistique a su "amortir" deux guerres mondiales, la Grande crise, s'accommoder de partenaires opposés l'Allemagne nazie et l'Union soviétique stalinienne, mais aux marges de ce système des réalités géologiques, politiques et économiques contribuent à le déstabiliser.

5"Du nouveau dans l'empire", troisième chapitre, recense et évalue les événements qui ont remis en cause le monopole et contribuèrent à la révolution du monde du diamant. C'est une sorte de déconstruction de l'édifice De Beers avec d'autres pierres (synthétiques ou extraites de nouveaux sites) et par d'autres pairs (acteurs miniers, politiques). On découvre au dehors de l'empire des "félons", des filons et quelques filous. La géographie de l'extraction se déploie en Sibérie; au Canada, en Afrique, en Australie. Des centres de taille se développent en Israël et en Inde. C'est dans "son protectorat africain" que la De Beers voit ses positions taillées en pièces par les nouveaux états et leurs dirigeants. De la diaspora juive émergent de nouveaux acteurs qui montent leurs propres réseaux. Dans ces réaménagements les territoires et surtout les populations d'Afrique sont prises dans des guerres, cruellement concassées par des logiques de profits.

6" Tombé de l'empyrée", replace le monde du diamant du XXIème siècle sur la lithosphère: la De Beers a atterri, elle défend pied à pied ses bastions d'Afrique australe. Mais elle a perdu de sa superbe, elle n'est plus suzeraine, et doit partager diamants, pouvoirs et profits. Au diamant- mythe succède le diamant-objet et à ce titre il devient un bien de consommation, avec sa garantie, et pris en charge par des campagnes publicitaires, détaillé, taylorisé et orphelin de Liz. La géographie du diamant est métamorphosée: le système simple et à sens unique de Johannesburg à Londres/Anvers, s'est recomposé, allongé et diversifié de New-York à Hong Kong en passant par Londres- Anvers, Tel Aviv, Bombay, il s'alimente dans des lieux de production au Nord (Canada, Sibérie) et au Sud, Afrique(s) et Australie. Aussi R. Brunet distingue des régions et entrevoit des terroirs du diamant ce qui rend ce monde presque familier au géographe.

7"Pierres de passion": la révolution ayant détrôné le souverain blanc, R. Brunet, comme pour mettre fin à un apartheid des gemmes, dans un cinquième chapitre, défend passionnément "les pierres de couleurs dont la variété et même la beauté surpassent celles du diamant". Ces autres pierres si elles ont moins de valeur marchande ont autant sinon plus de valeur esthétique, symbolique et poétique. "Les petits mondes des pierres de couleur" : l'expression souligne la multiplicité de ces gemmes, dans leur chromatisme; leur définition pétrographique (encadré pages 200-221), leurs sites. Une sorte de Tiers-état accessible aux amateurs éclairés et peut-être au jardin secret du géographe : "Le padparadscha ajoute à son brillant et à sa couleur de feu l'exotisme de son nom". R. Brunet conduit le lecteur dans un tour du monde des pierres de couleurs à épuiser Indiana Jones ou à rendre exigüe la mallette de la Castafiore.

8" Un double mouvement convergent conduit ainsi le monde du diamant à se fondre dans le reste du monde "mondialisé" de l'entreprise, des affaires et des achats, à se banaliser en somme, tant par les comportements de consommation que dans les pratiques et les structures de la profession. Au-delà pourtant reste l'espoir de jouer sur un inépuisable gisement de différence, capable de se renouveler indéfiniment: celui de la géographie" (p.197). Ce livre est une belle leçon de géographie. D'un sujet en apparence réservé aux arcanes financières Roger Brunet extrait et façonne un objet qui est matière à géographie. Si l'information est apparemment riche il fallait la rapporter à des lieux, des limites de l'écoumène jusqu'aux officines discrètes et protégées. En confrontant les situations héritées et installées aux dynamiques actuelles qui apparaissent plus ou moins clairement dans les conflits armés, les coups boursiers, les modes, ici et là, il nous est donné à comprendre des logiques de fonctionnement du monde.

9On nous proposait autrefois des ouvrages de géographie aux intitulés ambitieux et formels "Le… dans le monde". Ils nous donnaient quelques informations chiffrées, sans date de péremption, mais nous apprenaient peu de chose sur le monde lui-même, la capacité du produit ou de l'activité à changer le monde. Roger Brunet au travers du diamant, comme par réfraction nous donne à relire le monde. Par le diamant, ce qui en fait une pierre géographiquement précieuse.

10En survolant il y a trente ans le nord Québec, qui s'ouvre aujourd'hui à la prospection (page 396), Julien Gracq remarquait " Il faut voler longtemps encore pour apercevoir deux ou trois chemins, puis une digue minuscule au coin d'un lac où semble amarrée une barque. Ces premières traces de l'homme rayent soudain ineffaçablement la solitude, comme le diamant une vitre". Comme … Le temps de la métaphore est passé, le diamant peuple la solitude.

11Il faut lire cet ouvrage de Roger Brunet, il est d'éclat et de poids (3200 carats).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Louis Tissier, « Brunet R., 2003, Le diamant. Un monde en révolution. Paris, Belin, 416 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 20 février 2004, consulté le 25 juin 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/952

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page