Navigation – Plan du site
2001

Dear M. J., 2000, The postmodern urban condition, Oxford, Blackwell Publishers.

Bernard Elissalde

Texte intégral

1Dans la galaxie des ouvrages se réclamant du postmodernisme, celui de Michael. J. Dear mérite de retenir l’attention à la fois par sa thématique, portant sur les nouvelles formes de la vie urbaine et par sa démarche consistant à adopter un regard postmoderne pour décrypter les mutations en cours dans les grandes métropoles américaines. Il est essentiellement consacré à Los Angeles, considérée comme une quintessence ; à cette partie s’adjoignent deux chapitres consacrés, l’un à Tijuana et l’autre à Las Vegas et son esthétique urbaine postmoderne

2Cet ouvrage intellectuellement stimulant a pour projet de confronter deux discours, celui du postmodernisme et celui sur la Ville. La justification de la démarche repose sur le constat d’une double rupture: celle créée par le postmodernisme  " fondé sur la sensibilité à la différence, et la remise en question de la façon dont nous interprétons, nous représentons les choses et la façon dont nous faisons des choix " et celle, perçue de manière empirique, des nouvelles structures émergentes des grandes métropoles nord-américaines, edge-cities, gated communities et world cities.

3Prolongeant les réflexions de E. Soja et A. Scott qui considèrent Los Angeles à la fois comme une ville hors normes et comme la préfiguration des métropoles mondiales, M.J. Dear tente d’élaborer un modèle alternatif pour interpréter la ville en dehors du cadre fourni par les épigones de l’Ecole de Chicago. La dynamique urbaine contemporaine ne fonctionne plus comme une accrétion continue à partir d’un noyau central, mais selon un processus dans lequel " la périphérie organise le centre " dans un contexte de globalisation où "  les flux locaux matériels et informationnels entrent en interaction avec les flux globaux pour constituer une économie urbaine globalement intégrée et dominée par les impératifs de la flexibilité. "

4Selon M. Dear, la ville devient un assemblage de parcelles fragmentées dans lequel la relation entre le développement d’un espace et le non-développement d’un autre est aléatoire ou cloisonnée, ce qui lui permet de remettre en cause la logique des économies d’agglomération privilégiant les centres urbains et le schéma conventionnel de la ville, au profit d’un " collage discontinu de paysages consumérisés ". Et d’avancer le néologisme de " kenocapitalisme " *pour décrire les manifestations spatiales de la métropole postmoderne.

5Si l’on fait abstraction de l’inévitable chapitre célébrant le Panthéon postmoderne de Lefèbvre à Jameson, la posture postmoderne de l’auteur produit une approche géographique qui se distingue par des observations impressionnistes rédigées à la première personne sur Los Angeles. Une question demeure, néanmoins, après avoir lu cet ouvrage : ce qualificatif postmoderne sert-il de label de dépannage face à une difficulté à théoriser Los Angeles en tant qu’objet urbain, ou bien ces touches impressionnistes sont –elles un hommage au foisonnement cosmopolite de cette métropole ?

6A noteren fin d’ouvrage un guide bibliographique d’initiation au postmodernisme, et deux définitions, arrivant elles aussi en fin d’ouvrage, effet sans doute du non-conformisme postmoderne, distinguant " postmodernisme " et " postmodernité ". Le premier étant une quête ( ?) ontologique qui considère les conditions de la connaissance comme faisant partie intégrante des problématiques des théories sociales. La seconde renvoie à une rupture radicale dans les conditions matérielles de l’existence.

Haut de page

Notes

* Le Kenocapitalisme sert de métaphore du jeu du keno pour représenter l’impact du mode d’accumulation flexible sur la morphologie des villes nord-américaines. Les cases du jeu du keno représentent l’espace urbain. De nouvelles fonctions ou de nouvelles activités sont affectées dans ce maillage sans aucune logique apparente tandis que de nombreuses cases restent vides.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Elissalde, « Dear M. J., 2000, The postmodern urban condition, Oxford, Blackwell Publishers. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 03 mars 2001, consulté le 28 juin 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/955

Haut de page

Auteur

Bernard Elissalde

Maitre de conférences IUFM de Paris

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page