Navigation – Plan du site
2001

Caillé A.(dir), 1999, Villes bonnes à vivre/Villes invivables : urbanisme, utilitarisme et démocratie, La Découverte/MAUSS, 397 p.

Jean Ruegg

Texte intégral

1" Qu´est-ce qui fait que certaines villes semblent invivables tandis que d´autres dégagent un charme indéniable ? " Telle est la question clef qui inaugure l´ouvrage que le M.A.U.S.S. consacre à la ville. D´habitude, je suis plutôt circonspect face à ce type de thématique. Combien de théories ou de projets plus ou moins doctrinaires n´ont-ils pas déjà été formalisés, réalisés, qui documentent le lien entre forme urbaine et vie en société. Des plans du Panopticon de Jeremy Bentham au Changer la vie, changer la ville d´Anatole Kopp2, les références abondent. Mais que le M.A.U.S.S. lui consacre un numéro de sa revue, voilà qui a aiguisé ma curiosité. La manière de l´aborder est d´ailleurs ambitieuse au point que l´énoncé initial devient presque énorme. Alain Caillé révèle en effet, dans l´introduction, l´intention d´aller au-delà des perspectives offertes par les urbanistes, les ingénieurs et les architectes. Et de ce point de vue il faut bien reconnaître que le M.A.U.S.S. a mis beaucoup de soin à sa réalisation en cherchant constamment à moduler la diversité des auteur(e)s et des perspectives. L´exercice est-il réussi ?

2Organisé en trois parties : " l´idéal de la ville ancienne ", " urbanisme et utilitarisme " et " déni de la démocratie ", ce livre est séduisant. Son contenu et sa portée ne se laissent pas appréhender immédiatement. Ils sont à découvrir, en suivant un parcours que le lecteur peut choisir en toute liberté mais qui s´enrichit de la prise en compte de tous les chapitres, sans exception. Il s´agit foncièrement d´un ouvrage de réflexion où les éditeurs tentent de rendre compte de l´ambivalence3 incontournable et saine qui est requise pour aborder une telle thématique, quitte à recourir à un matériau d´une très grande variété. Ainsi, des articles originaux (Lapeyronnie, Dewitte, Soulier, Fixot, Maîtrier, Calame) côtoient-ils des extraits d´œuvres déjà publiées (Berman, Sedlmayr, Norberg-Schulz, Gruber, Michéa, Wiel, Kállai, Krier) et même une transcription de débats (avec Castoriadis) et un compte rendu d´entretiens (Benbekaï). Ce patchwork est subtil. Il permet de scander différemment le propos en jouant avec la taille des contributions. Il offre de sélectionner l´un ou l´autre aspect particulièrement significatif (Michéa, Krier). Il joue surtout avec les provenances des auteur(e)s (anglophones, germanophones et non pas seulement francophones), les temporalités et les contrastes de contextes socio-historiques distincts. Par exemple, le dénominateur commun qui rassemble les textes de Berman, Soulier et Kállai est tout à fait révélateur de la richesse de toute l´entreprise du M.A.U.S.S. A la critique virulente de l´urbanisme moderne des deux premiers répond en effet, en contrepoint, deux extraits magnifiques et inquiets de Kállai, datés de 1929 et 1930, qui donnent une autre perspective plus troublée, plus tourmentée de cet urbanisme moderne qui naît en relation avec les avant-gardes du début du XXe siècle. Les propos de Kállai, consignés en quelques lignes seulement, permettent de réinsérer dans sa dimension culturelle un courant qui est trop fréquemment – et je trouve aussi trop simplement – présenté dans ses seules visions mécanistes et fonctionnalistes. Ils rappellent simplement que ce courant a aussi été créé par des individus. Ils lui redonnent donc une dimension humaine (et peut-être même humaniste) c´est-à-dire imparfaite, à la fois volontaire et emplie de doute, faite de certitude et d´ambiguïté. Cela est une démarche salutaire non seulement pour parler de l´urbanisme moderne mais aussi pour aller au-delà et aborder avec un autre regard la question de la qualité de la vie en ville.

3Ces quelques annotations servent à mettre en exergue une autre qualité de cet ouvrage que je ne crois pas anodine. Il permet deux lectures au moins, qui s´interpellent, aux niveaux du contenu, d´une part et de la facture du livre, d´autre part. Une citation de Dewitte permet d´illustrer cette remarque : " […] il n´existe aucune forme et aucun langage qui soit absolument clair et intelligible, c´est-à-dire indépendamment de toute capacité à voir et à comprendre ce qu´il y a à voir et à comprendre. Telle est en somme la faiblesse constitutive de tout langage et de tout système de formes […] ". En termes de contenu, ces mots me paraissent essentiels pour comprendre la forme urbaine et la mettre en relation avec la qualité de la vie en ville… sauf que je serais plus optimiste en disant que cette faiblesse constitutive est aussi une force de tout système de formes. Il y a force car cette faiblesse permet la diversité, les ambiguïtés et les difficultés de compréhension qui génèrent aussi, à leur tour, un potentiel d´autonomie dans lequel un ou des acteurs peuvent s´affirmer, se distinguer, trouver des raisons de se mobiliser et de générer une territorialité différente, car non déterminée (par le langage ou le système de formes). Or, en termes de facture, le patchwork déjà signalé est aussi, en quelque sorte, un langage et un système de formes qui offrent force et faiblesse. Faiblesse parce qu´il est construit pour ne pas pouvoir répondre unilatéralement à la question titre et force parce qu´il oblige à envisager et à garder ouvertes les multiples visions et compréhensions contenues dans sa diversité.

4Ce livre est agaçant… mais d´une manière qui rend exigeant. Deux remarques courtes d´abord, puis deux développements ensuite.

5Je suis quand même un peu surpris que pour un débat qui veut aller au-delà des chasses gardées traditionnelles, la présence féminine ne soit pas assurée par une représentation quantitativement plus égalitaire.

6Le titre ne me paraît pas des plus convaincants. L´échelle de la ville entière est-elle pertinente ? Peut-on vraiment envisager un clivage entre des villes qui seraient bonnes à vivre et d´autres qui ne le seraient pas ? Ne faut-il pas plutôt prendre en compte des fragments de ville, des quartiers, des ensembles particuliers… et puis surtout, ce type de questionnement n´oblige-t-il pas à s´interroger sur les acteurs ? Pour qui sont-ils bons à vivre ou pour qui sont-ils invivables ?

7Me sentant plus proche de Fixot, de Wiel ou de Calame quant à la façon d´appréhender les choses, j´ai évidemment tiqué plusieurs fois à la lecture de Berman et Soulier, au point de regretter une contribution sur la modernité qui aurait permis de contextualiser l´ensemble des propos et notamment l´articulation entre ville ancienne, urbanisme, utilitarisme et démocratie. Depuis les Lumières, le projet de la modernité n´a pratiquement pas changé. Il consiste à intensifier le potentiel de relations sociales. Or l´intensification de ce potentiel passe par l´individualisation c´est-à-dire par la capacité de l´acteur à augmenter son autonomie. Ceci est renforcé par ce que Giddens4 nomme des "mécanismes de désancrage". L'écriture, la monnaie, la commercialisation de la terre, du temps et du travail – dont la mise en place a pris des siècles – sont des systèmes abstraits qui participent au désancrage et donc à l´intensification du potentiel de relations sociales. Dans une certaine mesure, l´urbanisme moderne qui s´inscrit dans un moment relativement précis de la modernité, a lui aussi participé – avec le fonctionnalisme, avec l´architecture internationale – à cette émancipation qui est une émancipation à l´égard des contraintes du "local" et de son "espace-temps". Mais les temps changent. Et je ne suis pas sûr que nous puissions encore envisager notre relation à la forme urbaine avec les références utilisées par des urbanistes modernes comme Le Corbusier ou les membres de l´école du Bauhaus, ni d´ailleurs avec celles de Jane Jacobs (auxquelles Berman et Soulier font référence). La prison offre un exemple extrême pour rendre compte de cette évolution. Il n´y a pas si longtemps5, elle était un des lieux d´articulation les plus sensibles entre forme architecturale et vie sociale. Or aujourd´hui, "grâce" au développement des nouvelles technologies de l´information6 un certain nombre de détenus sont victimes d´un traitement sans doute encore plus aliénant où la forme, le bâtiment, la prison ne sont même plus requis pour exercer la fonction de surveillance. Un simple bracelet contenant une puce électronique connectée à un système GPS fait amplement l´affaire. Bien sûr, je trouve de nombreux éléments dans le livre qui vont bien dans ce sens et qui établissent ce lien nécessaire entre discours sur la ville et discours sur la société. Ainsi Wiel se demande si la transformation fonctionnelle de la ville a une signification culturelle [page 180], il parle aussi de villes qui, dans le contexte actuel, se sont déterritorialisées [page 181]. Quant à sa réflexion sur l´uniformisation conçue comme un moyen d´intégrer la diversité sociale, culturelle, économique des trajectoires personnelles mais qui se révèle être un formidable outil d´exclusion [page 184], je la trouve très riche et centrale pour l´ensemble du débat.

8Je crois que l´urbanité ne peut pas être programmée. Cela ne signifie pas que forme et vie sociale soient indépendantes l´une de l´autre. La forme est plutôt une structure, une contrainte qui offre par-là même un champ de créativité et d´appropriation qui échappe largement au concepteur (architecte ou urbaniste). Dans cette perspective, les deux contributions de Soulier me laissent perplexes. Dans la première, je suis prêt à le suivre pour prétendre que l´urbanité (comprise comme une ouverture à l´autre) est liée à " la vie […] qui se distribue des deux côtés de la ligne de partage qu´est la lisière " et que sa qualité " […] c´est le fait d´une balance spatialement organisée entre les deux domaines (privé et public) " [page 116]. En revanche, je ne puis partager ses propos où il fait de la rue le seul lieu de cette urbanité (d´autant qu´à ce moment de l´ouvrage, il fait allusion à Jane Jacobs et donc à une certaine nostalgie de la rue de la ville ancienne justement). Je les interprète comme relevant d´un pur déterminisme. Or je préférerais poser que dans la ville actuelle, qui est liée à l´évolution accélérée que la modernité et son potentiel de désancrage connaissent depuis les années quatre-vingt, il y a une vie sociale inorganisée qui peut exister sans la rue. Cette vie sociale inorganisée s´accommode d´une multitude de formes, largement indéterminées parce qu´elles peuvent être construites à partir d´éléments qui se sont largement diversifiés, qui sont matériels ou virtuels, qui composent avec des stocks ou des flux, qui sont aréolaires ou réticulaires, qui sont fondés sur la proximité physique ou la proximité de sens ou de valeurs7. L´exemple qu´il développe dans un deuxième temps, à partir de son projet pour la Cité des 3000, tempère ma première impression [pages 261 et 270, notamment]. Il rend compte d´une démarche de laquelle le déterminisme formel est exclu. Dans sa proposition, la rue et l´enclos sont les éléments d´une sémiologie et non pas des formes déterminées. Je reste néanmoins dubitatif, car elle tend à faire de l´urbanité quelque chose qui peut être programmé. Or n´est-il pas opportun de s´interroger sur les caractéristiques basiques de l´urbanité. A qui appartient-elle ? A qui revient-il de la définir, de l´exercer, de la vivre ? Peut-elle être laissée à des spécialistes ? Et pour poursuivre dans la même ligne, qui peut affirmer péremptoirement, que l´urbanité aurait disparu de la ville actuelle ? Ce type de questionnement est explicitement suggéré par Fixot " aucune mesure gouvernementale – aucune réflexion sur la ville8 - ne devrait méconnaître le rôle modeste mais essentiel des liens de socialité concrète, des médiations multiples qui constituent l´horizon de vie indispensable au quotidien de tout être humain " [page 252] et par Calame lorsqu´il déplore la faible place laissée aux projets de la base [page 282]. Même, et c´est bien cela qui me rend perplexe, Soulier y fait implicitement référence en parlant des SEL (système d´échanges locaux) [page 118]. Ces derniers ne démontrent-ils pas en effet qu´une vie sociale inorganisée se développe avec ou sans l´accord du politique et du spécialiste ?

9Ces quelques exemples montrent que ce livre contient pratiquement tous les éléments de contraste et de nuance nécessaires pour apprécier les " ambiguïtés profondes " dont parle Lapeyronnie [p. 21, notamment]. Mais il laisse le lecteur bien seul pour faire les liens. Cela m´a alors agacé, d´autant que…

10Ce livre rend gourmand. Avec la relation du débat organisé autour de Castoriadis sur le thème de la démocratie, les éditeurs démontrent qu´ils maîtrisent parfaitement la forme de la confrontation et de la mise en débat. J´aurais alors aimé qu´ils utilisent cette formule pour inviter les auteur(e)s à discuter la question titre, directement, entre eux. J´aurais aimé aussi comprendre, pour ne prendre qu´un exemple, comment Soulier, dont le projet de réhabilitation de la Cité des 3000 le met en contact avec des partenaires très spécialisés (les maîtres d´ouvrage sont une collectivité publique et une entreprise privée), se positionne face à Fixot qui dénonce ces politiques de la ville où l´" usager-exclu " est un acteur-type, totalement abstrait et construit par l´administration [page 250] ou face à Calame qui affirme qu´il faut partir des gens et de ce qu´ils ont plutôt que de partir de ce qu´ils n´ont pas [p. 291]. Pour revenir au deuxième niveau de lecture que je suggérais plus haut, je terminerai alors en disant que ce livre reste, dans une certaine mesure, un livre fonctionnaliste. Les propos sont juxtaposés… comme les différentes fonctions dans le zonage de l´urbanisme moderne, plutôt que mélangés, imbriqués, recomposés. J´espère cependant avoir réussi à suggérer que ce parti pris ne le rend pas du tout " invivable " pour autant. Ce livre est attachant.

111 Jean Ruegg s´intéresse notamment, dans le cadre de la modernité, aux relations entre territoire de l´action publique et territoire de la vie sociale. Ses travaux actuels portent sur les nouvelles technologies de l´information en tant qu´instrument d´accès à un nouvel " espace-temps " susceptible d´offrir le lieu d´une régulation publique dépassant les contraintes territoriales des Etats-nations. Il a publié, en 2000, Zonage et propriété privée, aux éditions de l´Association des études foncières (ADEF).

122 Kopp, A. 1975.Changer la vie, changer la ville. Paris: UGE 10-18.

133 Le terme même d´"ambivalence" est contenu dans plusieurs contributions. Il est un mot-clef qui intervient très tôt, avec beaucoup d´à propos, dans l´introduction déjà [Caillé : 6-7].

144 Giddens, A. 1990. The Consequences of Modernity, Cambridge: Polity Press.

155 Voir justement les travaux de Foucault qui portent notamment sur la forme architecturale de l´espace carcéral (référence au fameux Panopticon, par exemple). En particulier : Foucault, M. 1975. Surveiller et punir : naissance de la prison. Paris : Gallimard.

166 Nouvelles technologies de l´information dont le potentiel d´intensification des relations sociales est phénoménal, via un désancrage qui donne accès à un "espace-temps" couvrant l´ensemble du globe.

177 Voir par exemple : Ruegg, J. 1999. Territoire et argent : résistance à la déterritorialisation. In Finances et territoires : leur place dans la prise de décision publique, édité par B. Pfister et al. : 227-237. Lausanne : PPUR.

188 C´est moi qui ajoute… mais sans, je crois, défigurer les propos de l´auteure

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Ruegg, « Caillé A.(dir), 1999, Villes bonnes à vivre/Villes invivables : urbanisme, utilitarisme et démocratie, La Découverte/MAUSS, 397 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 08 février 2001, consulté le 29 mars 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/957

Haut de page

Auteur

Jean Ruegg

jean.ruegg@unifr.chInstitut de géographie de l´Université de Fribourg, Pérolles, CH-1700 Fribourg

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page