Navigation – Plan du site
2001

Levy P., 2000, World Philosophie, Paris, Editions Odile Jacob, 220 p.

Christine Kosmopoulos

Texte intégral

1On observe globalement à l´égard des nouvelles technologies deux attitudes : d´un côté, ceux qui considèrent qu´elles ne sont rien d´autre qu´un outil supplémentaire dans une panoplie de moyens de communication déjà existants, de l´autre ceux qui croient que ces outils ont amorcé une nouvelle ère dans les relations inter-humaines et qu´ils sont générateurs de profondes mutations à l´échelle planétaire.

2Pierre Lévy appartient à cette seconde catégorie. Selon lui, grâce aux nouvelles technologies et notamment à Internet, l´évolution de la conscience humaine est entrée dans une nouvelle phase : la "noosphère" qui annonce l´avènement de "l´homme planétaire" et de l´universalisation des valeurs reposant sur le libéralisme et la nouvelle économie. Sous l´égide de l´économie globale la mise en commun des biens et des savoirs doit nous permettre d´accéder à la réunification de la conscience collective et à la construction d´une société juste, libre et homogène.

3Au monde "virtuel" d´hier devenu "réel", est en train de se substituer le "cyberespace" qui balaie frontières, cultures identitaires, nations, pays, villes, commerces, d´une façon générale tous les liens traditionnels. La conscience collective se développe désormais dans une dimension élargie et unifiée -et si on note encore par-ci par-là des oppositions idéologiques, des abcès de nationalisme, des revendications géopolitiques etc."ce ne sont que des signes de retard culturel. Dans quelques dizaines d´années, un siècle au maximum, tout cela aura disparu" (p.47).

4"Le cyberespace va permettre le marché enfin libéré de toutes les entraves" autrement dit la réalisation de l´utopie libérale. Car est-il nécessaire de le rappeler ?"Tout est gouverné par la loi du marché. Aux USA, l´enseignement, la recherche universitaire sont déjà en train de devenir des business et (...) l´argent une unité de mesure épistémologique" (p.93). Les institutions qui ne répondent pas à ce mot d´ordre sont, comme des dinosaures, vouées à court terme à disparaître et les chercheurs en sciences humaines comme des archéologues de sociétés dont la dynamique se serait brusquement effondrée sur elle-même sans qu´ils en aient pris conscience, ne laissant derrière elles qu´un champ de "ruines".

5Pierre Lévy est un utopiste et un passionné du monde actuel, il l´aime, le déclare, c´est pourquoi il veut lui donner un sens. Son objectif est de nous convaincre, utilisant un discours parfois provocateur ponctué de formules cinglantes et de redondances parfaitement maîtrisées, qui ne sollicite guère le débat mais ressemble plutôt à un sermon : tout et tous participent à "l´élévation vers la noosphère" dans un grand élan évolutif auquel rien ne saurait faire obstacle.

6Ses positions qui relèvent plus d´un acte de foi sont toutefois loin de nous fournir toutes les preuves. Par exemple, qui peut démontrer que tous les hommes aspirent à l´homogénéisation et au profit ? Pourquoi la nouvelle économie jouerait-elle un rôle humaniste et pacificateur alors que l´économie classique n´y est jamais parvenu ? Comment un système peut-il clamer être l´inspirateur des valeurs universelles alors que par définition la vérité, la justice, la raison ne sont l´expression d´aucun système et sont nécessairement désintéressées ? Les nouvelles technologiques ont-elles pour objectif de faciliter les échanges ou de neutraliser les différences en uniformisant les modes de pensée ? Plus encore, alors que le moteur de l´évolution biologique est la différenciation et la complexification, comment expliquer que le sens de l´histoire soit l´unification ? Que reste-t-il comme potentiel d´évolution à une société homogène ? Et lorsque pour nous encourager à aller de l´avant, P. Levy dit que "le virtuel d´hier est le réel d´aujourd´hui" n´exploite-t-il pas là tout simplement une ambivalence sémantique ?

7En conclusion, un livre sans aucun doute intéressant à lire, qui met bien en évidence les enjeux des nouvelles technologies et force à aller de l´avant…ou à réagir. Il appartient à l´avenir de nous apporter la preuve de la pertinence de cette analyse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christine Kosmopoulos, « Levy P., 2000, World Philosophie, Paris, Editions Odile Jacob, 220 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 07 février 2001, consulté le 29 avril 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/959

Haut de page

Auteur

Christine Kosmopoulos

christine.kosmopoulos@parisgeo.cnrs.frcnrs-umr 8504 geographie-cites

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page