Navigation – Plan du site
2001

Berque A., 2000, Ecoumène- Introduction à l´étude des milieux humains, Belin, Paris, 272 p.

Emmanuel Fabre

Texte intégral

1L´homme dans le poème du monde

2Au terme d´une réflexion s´étendant sur près de trente ans, Augustin Berque nous livre ici un essai fort stimulant. Son ambition est de retrouver l´unité de l´être et du monde, sacrifiée par la géographie devenue science de l´organisation de l´espace mais aussi par la philosophie occidentale qui privilégie l´être en lui-même, en dehors de sa relation au milieu. Guidé par ses compétences d´orientaliste et par la phénoménologie herméneutique, l´auteur propose ainsi de " béer dans l´ombre, entre géographie et philosophie un vide immense ", afin de " renaturer la culture et reculturer la nature ". Pour cela, il est nécessaire de comprendre la relation entre l´homme et la terre : car " si l´œuvre humaine a un rôle dans le poème du monde, un rôle nécessaire, elle perd tout sens lorsqu´elle prétend s´en dégager ".

3Cette relation existentielle des hommes à leurs lieux, A. Berque la nomme écoumène. Il reproche à la science moderne et contemporaine d´avoir négligé cette relation en privilégiant une approche objectiviste du monde. Cette " universion " du réel a conduit au refus de la diversité constitutive de l´écoumène alors que celle-ci exige le recours à une raison " trajective " ; en d´autres termes, une approche qui envisage la condition humaine sous ses deux aspects : " matérielle et spirituelle ", " objective et subjective ". Et cette trajection est nécessaire à plusieurs points de vue. Tout d´abord, " parce que chacun de nous a les pieds sur la terre, mais aussi la tête dans le ciel ". Par ailleurs, parce qu´il s´agit " de tendre à cette objectivité plus haute que l´objectivisme moderne ". Enfin, parce qu´il faut " aller vers une civilisation plus humaine parce que plus naturelle, plus naturelle parce que plus cultivée ".

4Le programme d´A. Berque est donc très vaste. En cela, son ouvrage est effectivement une " introduction " : avant d´étudier les milieux humains, il faut en maîtriser la bonne méthode d´analyse. Et pour cela, il faut remettre en cause les formes de la rationalité moderne. Le lecteur ne sera donc pas étonné de voir A. Berque traverser les époques et les civilisations à la recherche de l´origine de la dérive objectivante du savoir scientifique, mais aussi des prémices d´une ontologie de la géographie. Sa démarche le conduit ainsi à opposer, avec plus ou moins de bonheur, Aristote à Platon : le premier serait ainsi le promoteur du topos (lieu mathématique), et le second celui de la chôra (lieu existentiel). A. Berque va faire de cette (présupposée) opposition première son leitmotiv : ainsi, à travers les âges, le lecteur croisera différents auteurs dans la filiation soit de l´un, soit de l´autre. On pourra s´interroger ainsi sur la pertinence d´un raisonnement qui fait de Heidegger le descendant spirituel de Platon.

5Cette opposition première a une autre conséquence : presque tous les chapitres de l´ouvrage soulignent, sur le même modèle, l´opposition entre deux termes (univers/monde, échelle/proportion, cause/motif…). Ce procédé n´est pas exempt d´un certain manichéisme. Il montre cependant le souci d´A. Berque d´être bien compris puisqu´il permet la redite en d´autres termes du contenu précédemment abordé. Cet indéniable souci pédagogique aurait gagné à être accompagné d´un langage clair et précis plutôt que d´un discours riche en néologismes et en formules sibyllines. Certaines phrases, voire des paragraphes entiers en deviennent parfois incompréhensibles.

6Quoi qu´il en soit, l´ouvrage d´A. Berque entraîne le lecteur aux marges de la discipline géographique, là où s´élabore souvent le savoir futur. S´il irrite parfois (comme dans le chapitre 8 où l´auteur nous fait part longuement de son opinion affligée sur le mode de vie urbain occidental), ce livre stimulant pourra trouver sa place dans la bibliothèque des géographes curieux. Il côtoiera ainsi celui d´Eric Dardel, plus accessible, " qui le premier reconsidéra la géographie sous l´angle de l´ontologie heideggérienne*.

7*DARDEL E., 1952, L'homme et la terre, Paris, PUF.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emmanuel Fabre, « Berque A., 2000, Ecoumène- Introduction à l´étude des milieux humains, Belin, Paris, 272 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 06 février 2001, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/960

Haut de page

Auteur

Emmanuel Fabre

emfabre@wanadoo.fr
doctorant, UMR Géographie-cités

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page