Navigation – Plan du site
2001

Mondada L., 2000, Décrire la ville - la construction des savoirs urbains dans l´interaction et dans le texte, Paris, Anthropos, 284 p.

Béatrice Collignon

Texte intégral

1Objet complexe, la ville est vécue, comprise et dite de façons très variées par des acteurs tout aussi variés (habitants, commerçants, responsables de tous ordres, militants, intellectuels, travailleurs sociaux, etc.). Constatant leur diversité, Lorenza Mondada se propose d´analyser les processus de fabrication de ces discours qui, en disant la ville, la configurent. Dans ce livre comme dans ses précédents travaux (sur l'écriture scientifique, la fabrication des objets de discours, le paysage notamment) l´auteur, linguiste, a construit son projet dans une perspective interdisciplinaire et rencontre à nouveau la ville, les géographes et la géographie.

2Son but est de démontrer par de fines analyses empiriques que tout discours sur la ville est contextuel : il se construit dans le moment de l´interaction, entre interlocuteurs ou entre un auteur et son lecteur imaginé. L'enjeu est de taille car, dans la perspective constructiviste qui est celle de Lorenza Mondada, la ville n'existe pas en dehors des agencements des mots qui la disent. Ainsi, chacun configure et reconfigure en permanence l'univers urbain dans lequel il se situe, selon les conditions du moment. En tant que linguiste, ce n´est pas au contenu des discours que l´auteur s'attache mais aux "procédures qui permettent [aux acteurs] de produire des descriptions urbaines" dans le but "d´étudier la façon dont [… ils] définissent à toutes fins pratiques le sens de l'urbain" (p. 3).

3L'intérêt principal de cet ouvrage est que l'on y dépasse les développements théoriques généraux pour se confronter directement aux textes, qui sont ici de deux types. Des entretiens menés dans le cadre d´enquêtes de géographie et de sociologie urbaine auxquelles l'auteur a collaboré - dans le quartier du Marais à Paris et dans deux quartiers de Lausanne et de Genève - d'une part ; des relations de voyage écrites au 19è siècle à propos des villes italiennes à l'époque du "Grand Tour" d'autre part. A travers de multiples analyses d'extraits de discours, Lorenza Mondada nous donne à voir comment une description n'a de sens que dans le contexte dans lequel elle s'énonce et dont on ne peut la détacher, quelles sont les procédures par lesquelles des interlocuteurs construisent du sens et enfin comment elle construit ses propres analyses, ouvrant là des pistes méthodologiques prometteuses pour la géographie comme pour d'autres sciences sociales.

4S'il s'agit bien d'une étude de type linguistique, la portée de ce travail dépasse largement cette discipline pour toucher tous ceux dont les recherches intègrent le recueil et/ou l'interprétation de discours. Or les analyses empiriques, qui constituent le cœur de l´ouvrage, montrent de façon très convaincante que tout discours ne peut être vraiment compris en dehors d'une prise en compte des conditions dans lesquelles il s'énonce. Exemples à l'appui, Lorenza Mondada nous prouve que l'on ne peut procéder comme si les mots n'étaient qu'un véhicule neutre pour dire une réalité qui leur préexisterait, et qu'il reviendrait au chercheur de révéler. Ainsi voit-on la définition du ghetto se modifier au cours d'un entretien, non pas parce que la réflexion se serait approfondie – comme on a souvent tendance à interpréter ce type de glissement – mais parce que la définition donnée par l'enquêtée dépend toujours du contexte dans lequel l'enquêteur lui demande de penser, et que celui-ci change au cours de la conversation. Comme toute catégorie, le ghetto est une catégorie mouvante qui s'adapte aux circonstances textuelles de chaque échange et peut donc tout aussi bien convenir pour décrire la rue des Rosiers dans le Paris des années 1930 à un moment de l'entretien et ne pas convenir à un autre moment (p. 130-137). Sur la base de ces démonstrations, le lecteur géographe pourra réfléchir sur ses propres procédures d'interprétation des discours comme source d'information, et sur la pertinence d'analyses qui négligent trop souvent le contexte dans lequel les propos recueillis ont été formulés.

5Ainsi ce texte, marqué par l´inscription de l´auteur dans les courants théoriques contemporains développés autour de la "crise de la représentation" et de l'interrogation de l´idée de réalité, permet-il au géographe de mesurer l´intérêt que ces théories peuvent avoir pour sa propre pratique. A ce titre, Décrire la ville devrait devenir un ouvrage de référence dans notre discipline, bien au-delà des seules études urbaines. Si l´on peut éprouver quelques difficultés à entrer dans un texte dense, l´effort en vaut absolument la peine. D'autant que, dans une longue première partie, le lecteur est guidé pas à pas à travers les " carrefours interdisciplinaires " et dispose là d'un état des lieux d'une grande clarté sur les théories récentes développées autour de la description et de l'interaction, tant en linguistique qu'en anthropologie et en géographie notamment. Certains préféreront peut-être commencer par les études empiriques des deux parties suivantes avant de retourner vers les éclaircissements théoriques de la première. Il est à mon sens tout à fait possible de lire cet ouvrage "à l'envers", selon les démarches intellectuelles de chacun.

6En publiant son texte dans une collection qui offre une place de choix aux géographes, Lorenza Mondada poursuit ses efforts pour faire dialoguer la linguistique avec les sciences sociales. La démarche est malheureusement rare et ce livre d'une grande qualité n'en est que plus précieux. .

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Béatrice Collignon, « Mondada L., 2000, Décrire la ville - la construction des savoirs urbains dans l´interaction et dans le texte, Paris, Anthropos, 284 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 16 janvier 2001, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/964

Haut de page

Auteur

Béatrice Collignon

barcdue@tin.itéquipe EHGO UMR 8504 CNRS/Univ. Paris 1 - Géographie-cités

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page