Navigation – Plan du site
2000

Cauquelin A., 2000, L´invention du paysage, Paris : PUF, 181 p. (1ère édition : 1989)

Pascal Clerc

Texte intégral

1Ce petit ouvrage est la réédition d´un texte paru il y a dix ans. Anne Cauquelin ajoute pour cette nouvelle édition une préface dans laquelle elle fait état de deux évolutions contemporaines : d´abord le "souci écologique" (p. 2) qui recouvre parfois la dimension esthétique de préoccupations environnementales, ensuite des évolutions technologiques qui, en produisant du paysage, dévoilent l´artifice paysager.

2Les souvenirs familiaux de l´auteur (le rêve de jardin de sa mère) constituent l´ouverture de l´ouvrage. Un procédé narratif classique nous ramène à ces souvenirs dans le dernier chapitre. C´est l´occasion de souligner la qualité du style et le souci d´écriture d´Anne Cauquelin mais d´en évoquer les limites pour le lecteur profane qui peut juger le texte parfois trop elliptique.

3Le "rêve de jardin" est l´occasion de poser les questions qui organisent cet ouvrage, de mettre en évidence la confusion entre nature et paysage ; de dévoiler, derrière le paysage et cette apparence de rapport direct au monde, l´importance des schémas mentaux hérités et donc la dimension culturelle de notre rapport au paysage. De ces interrogations et mises en perspective naît la préoccupation centrale du livre : "montrer comment le paysage avait été pensé et construit comme équivalent de la nature" (p. 1).

4La première partie est consacrée aux "formes d´une genèse" (p. 26) : comment et quand invente t-on le paysage ? Anne Cauquelin montre le rôle déterminant de la peinture et de la perspective dans cette genèse. La perspective est le moyen de produire un effet de réel, d´assimiler l´image à ce qu´elle représente et la nature au paysage.

5La notion de paysage est étrangère aux Grecs anciens. Ce sont les mots, la parole qui organisent leur rapport au monde. La représentation visuelle du monde est absente. Anne Cauquelin construit son raisonnement autour de la "cécité au bleu" (p. 48) des Grecs ; absence étonnante d´une catégorie mentale dans un pays où le bleu de la mer et le bleu du ciel sont omniprésents.

6Avec les Romains et le jardin se manifeste un "élan vers la nature" (p. 51) qui, bien que non encore paysager, permet de faire émerger des représentations de cette nature. Le jardin n´est pas une synecdoque de la nature mais il livre "les éléments de la constitution du champêtre"( p. 55) soit l´arbre, la grotte, la source notamment... Ces éléments sont encore aujourd´hui des attributs du paysage (de la "nature paysagée" écrit Anne Cauquelin). On les retrouve dans la pensée paysagère contemporaine directement ou, nous le verrons plus loin, de façon métaphorique.

7Paradoxalement, c´est la civilisation byzantine qui, selon la philosophe, rend possible la pensée du paysage ; paradoxe car la référence à la nature dans les représentations picturales, et même la référence au paysage, sont absentes. Pourtant sont posées pour la première fois sans doute les questions de la représentation et du statut de l´image : représenter pour ressembler ou pour exprimer un principe divin ?

8Si ce sont les peintres de la Renaissance qui font naître le paysage, c´est parce qu´ils opèrent un "renversement des priorités" (p. 70) : montrer ce que l´on voit prend le pas sur la représentation d´une idée du monde. La perspective et la succession des plans l´emportent sur la narration. La perspective synthétise en différenciant les plans ; elle met en relations des éléments, rassemble pour faire le paysage. C´est dans ce renversement que se met en place la confusion entre la nature et sa représentation, que se superpose l´image et le réel en occultant l´arrière-plan culturel qui préside à la production paysagère.

9Anne Cauquelin prend alors l´exemple d´un tableau de Giorgione, "la tempête", et ajoute un nouvel élément avec la question du sujet du tableau. Ici le sujet est le tableau lui-même ; plus de personnages, plus d´intercesseur, nous pouvons voir le paysage. "Il est à découvert" (p. 79).

10Le chapitre 3 : "Paysages implicites" pose les conditions de la relation entre le réel et son double, et énonce les implicites qui se glissent dans les plis de cette relation. En fait, la relation peut être triple : elle concerne ce qui est, ce qui est représenté et ce qui est attendu, culturellement attendu par celui qui regarde. "Nous croyons faire tout simplement usage de nos sens" (p. 102) alors que nous sommes dans une attente culturelle vis-à-vis du paysage observé. Anne Cauquelin évoque "une entreprise de rectification" (p. 106) pour mettre les objets de la vision en conformité avec cette attente.

11"Par la fenêtre, je vois donc quelque chose de la nature, prélevé sur la nature, découpé dans son domaine. Le paysage n´est autre chose que la présentation culturellement instituée de cette nature qui m´enveloppe." (p. 127) Le quatrième chapitre met en exergue le cadrage qui "paysage" la nature, la domestique. Dans un mouvement inverse, la présence dans le paysage des quatre éléments : l´eau, le feu, l´air, la terre, ou de leurs substituts métaphoriques, l´instituent comme nature. Anne Cauquelin mentionne la baie de Naples, "le plus beau paysage du monde" (p. 130) pour les voyageurs du XVIIIème siècle, qui juxtapose les quatre éléments. Se pose la question des paysages urbains que l´auteur résout en évoquant la présence de substituts métaphoriques. Les paysagistes jouent de ce registre en combinant métaphores et anaphores. Le chêne et l´olivier, deux exemples mentionnés, sont alors plus qu´un chêne et un olivier car "nous remplissons ces formes de contenus par un transport d´attributs communément admis." (p. 138) Là où le jardinier amateur procède de façon spontanée, le paysagiste joue de ces substituts.

12Le dernier chapitre renvoie aux préoccupations de la préface et aux évolutions les plus contemporaines. Selon Anne Cauquelin, la connaissance d´espaces extraterrestres augure d´un changement de dimension et de nouvelles représentations (immensités glacées ou sableuses) susceptibles d´engendrer de nouvelles productions paysagères. De la même façon, les progrès de la science et des représentations permettent de partir de modélisations et de lois physiques (par exemple un modèle mathématique des mouvements de l´océan) pour produire une apparence, une image numérique sans analogie avec la nature.

13L´ouvrage se termine par le retour au jardin et l´évocation d´une "donation" (p. 172), celle du savoir relatif à ce que nous "devons" voir ; savoir transmis à l´auteur par sa mère notamment, savoir que l´auteur transmet ensuite au lecteur...

14Ce petit ouvrage, parfois difficile d´accès pour le lecteur profane, est néanmoins d´une grande richesse. Le géographe y trouvera des éléments essentiels pour une relecture contemporaine du paysage par la discipline. .

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pascal Clerc, « Cauquelin A., 2000, L´invention du paysage, Paris : PUF, 181 p. (1ère édition : 1989) », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 02 novembre 2000, consulté le 19 août 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/966

Haut de page

Auteur

Pascal Clerc

pascal.clerc@lyon.iufm.frPRAG -IUFM de Lyon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page