Navigation – Plan du site
2000

Pratt Vernon, Howarth Jane, Brady Emily, 2000, Environment and Philosophy, London, Routlege

Christine Kosmopoulos

Texte intégral

1Un livre fourni, tout à fait intéressant, qui s´adresse plus particulièrement aux non spécialistes et aborde un certain nombre de questions fondamentales liées à l´environnement, avec en arrière plan le souci toujours présent de son avenir et par conséquent du nôtre. Il s´agit d´un travail de réflexion sur nous-mêmes qui dresse un état de notre rapport à la nature à travers l´histoire des idées, du Moyen âge à nos jours, retraçant méthodiquement et de façon très pédagogique les différents changements de paradigmes.

2Sont principalement visés le XVIIème siècle et la science moderne dont les concepts sont devenus dans le monde occidental une "quasi seconde nature". C´est cette dernière qu´il s´agit de mettre en évidence, avec tout le système de valeurs du monde qu´elle incarne. En effet, dès le XVIIème siècle s´opère la déchirure, l´être humain devient une entité distincte du monde, le monde est "monde extérieur", les mots ne font plus partie des choses contrairement à la période pré-moderne - comme le montre Michel Foucault - et deviennent des instruments indépendants au service de la systématisation. L´homme est désormais posé en opposition à la nature, tout comme la raison à l´expérience, l´esprit au corps, le soi à l´autre, l´animé à l´inerte...Cette vision préfigure les conditions de domination et d´exploitation de la nature de toutes sortes - dont l´exploitation des femmes (chapitre 4)- qui gouvernent désormais notre rapport au monde.

3Or la nature n´est pas un artefact construit par l´homme, elle est le résultat d´une évolution dont nous-mêmes sommes l´expression. Le romantisme se caractérise précisément par le refus de placer l´homme hors de la nature. Comme le montrent les auteurs, il développe une dimension critique de la pensée des Lumières, de sa démarche réductionniste, mécaniste et déterministe. Le sentiment ne s´oppose pas à la connaissance, il est pensé comme la manière dont la nature se manifeste à nous.

4L´attitude romantique inspire les philosophes environnementalistes contemporains et notamment l´ école de pensée anglo-saxonne dénomée "Deep Ecology", associée au nom de Arne Naess, dont le principe fondamental est que nous formons un tout vivant et que cette unité dont nous faisons partie est gouvernée par la notion d´"auto-expression"*. Cette hypothèse rejoint la théorie plus connue de Gaïa de James Lovelock (1979) : la terre est un organisme vivant, une entité dont nous sommes les composants régulateurs. A côté de la notion d´"individualisme"  engendrée par la pensée moderne et radicalement rejettée par la pensée romantique, comme la pensée contemporaine se trouve aussi examinée l’approche "utilitariste", développée au siècle dernier par Jeremy Bentham et Stuart Mill (chapitre 6) qui nous inspire encore.

5Mais, le point fort du livre qui domine par le nombre de pages que les auteurs lui consacrent, concerne l´analyse phénoménologique de notre rapport à la nature et de l´approche scientifique. La crise de la pensée européenne est considérée par Husserl comme la conséquence de l´émergence de la pensée moderne. Depuis Galilée et Newton, les théories et concepts scientifiques sont extrêmement abstraits et coupés de l´expérience dont elles sont précisément les abstractions. Or, la description phénoménologique détaillée (sa méthode et ses instruments de réflexion), présentée dans l´ouvrage offre un intérêt tant pratique que théorique. En pratique, en montrant la façon dont notre rapport à l´environnement naturel ou fabriqué est construit, elle peut nous aider dans l´aménagement des villes, la gestion des campagnes, la protection des ressources et des lieux sauvages. D´un point de vue théorique, elle offre un regard sur le monde utile aux débats actuels engendrés par la menace d´une catastrophe écologique mondiale en apportant une attention particulière à nos comportements fondamentaux d´"êtres dans le monde", c´est-à-dire de nous-mêmes en tant que corps dans le monde et, avec le monde, en tant que signifiant et signifié.

6Chaque chapitre se clôt sur un résumé récapitulatif des points abordés, une bibliographie et des questions adressées aux lecteurs. Cet ouvrage, très riche en références philosophiques et qui comporte des illustrations et des exemples concrets, est à recommander non seulement à tous ceux que les questions d´environnement intéressent mais aussi aux chercheurs en sciences de la nature et sciences sociales, qu´une réflexion philosophique aura l´avantage d´éclairer sur leur propre démarche.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christine Kosmopoulos, « Pratt Vernon, Howarth Jane, Brady Emily, 2000, Environment and Philosophy, London, Routlege », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 23 juin 2000, consulté le 30 mai 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/972

Haut de page

Auteur

Christine Kosmopoulos

christine.kosmopoulos@parisgeo.cnrs.frcnrs-umr 8504 geographie-cites

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page