Navigation – Plan du site
2000

Bakis H., Bonin M., 2000, La photographie aérienne et spatiale, Paris, PUF, coll. Que sais-je ?

Axel Baudouin

Texte intégral

1Parvenir à écrire une introduction aussi complète sur "la photographie aérienne et spatiale" dans le cadre restreint d´un "Que sais-je ?" est une performance qui mérite d´être saluée. Sur les 127 pages de l´ouvrage les auteurs traitent de l´essentiel sur les documents photographiques analogiques et les images satellitales numériques, sur leurs traitements, sur leur analyse et proposent une série d´applications dans divers domaines. Les exemples donnés relèvent de l´aménagement rural et urbain, de l´environnement, de la cartographie de l´utilisation des sols au niveau européen (le projet Corine Land Cover) sans oublier des développements sur les modèles numériques de terrain et l´intégration des données images dans les SIG. En outre le langage est simple, clair et précis, cet ouvrage est une réussite. On trouve en annexe une liste des sites internet concernés et les noms des revues scientifiques qui permettront aux lecteurs de compléter leurs connaissances.
Contrairement à la plupart des ouvrages de ce genre les auteurs ont intégré dans les mêmes chapitres les diverses données (analogiques ou numériques, photos et images satellitales) et les traitements divers car il est un fait que les frontières s´estompent. On numérise les documents photographiques tout comme on utilise des copies papier des images numériques. Les frontières disparaissent aussi en ce qui concerne la résolution des images : des satellites récents fournissent des images avec une résolution géométrique très proche de celle des photos aériennes traditionnelles.

2Ceci étant dit pour trouver quelque chose à redire il m´est apparu que, dans le chapitre sur les stations de travail pour la photographie numérique, les auteurs sautent une étape en passant directement des restituteurs analogiques aux stations de travail numériques: Ils oublient la génération des restituteurs analytiques utilisés pour numériser en mode vectoriel les documents photographiques analogiques, alors que ces instruments relativement bon marché dans les versions sur PC sont d´un usage courant. Il aurait fallu aussi citer la possibilité de travailler à faible coût avec une simple table à numériser sur des images en monoscopie quand on possède le MNT du terrain concerné.

3Car l´important dans le développement des techniques numériques dans ce domaine comme dans d´autres est le fait que la simplification des manipulations et le coût limité des investissements permet aujourd´hui à quiconque, même non spécialiste, de se lancer dans l´utilisation de la photogrammétrie et la télédétection. Par exemple il existe un milieu d´utilisateurs équipé de caméras ordinaires ( 24x36mm) pour effectuer les prises de vues (voir le manuel: Warner, Graham, Read, 1996, Small format aerial photography, éditeur: Whittles, Caithness (Scotland)). Les techniques et programmes actuels (SIG, tables à numériser, GPS, imprimantes couleur à bon marché) permettent à un thématicien de maîtriser à lui seul toute la chaîne documentaire de l´acquisition des données jusqu´au document final. Les éléments d´une réelle démocratisation de l´utilisation de la photogrammétrie sont donc en place. Par ses qualités ce petit livre y contribue indéniablement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Axel Baudouin, « Bakis H., Bonin M., 2000, La photographie aérienne et spatiale, Paris, PUF, coll. Que sais-je ? », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 14 juin 2000, consulté le 28 avril 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/977

Haut de page

Auteur

Axel Baudouin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page