Navigation – Plan du site
2000

Amirou R., 2000, Imaginaire du tourisme culturel, Paris, PUF.

Philippe Bachimon

Texte intégral

1Rachid Amirou nous livre un nouvel ouvrage qui s´inscrit dans la suite d´Imaginaire touristique et sociabilité du voyage , paru aux PUF en 1995, devenu, comme on le sait, une référence dans l´analyse francophone du fait touristique, et qui approfondit d´un point de vue ethnosociologique la notion d´imaginaire en ce qu´elle participe de la mise en tourisme des lieux les plus divers.

2L´ouvrage d´Amirou se distingue par deux qualités principales.

3Il s´agit d´abord d´un livre particulièrement bien documenté. Passons sur le référentiel sociologique riche qui s´appuie entre autre sur les textes fondamentaux d´Arendt et sur les penseurs contemporains de l´imaginaire que sont Maffesoli, Corbin, ou du quotidien (Sansot) et des loisirs (Winnicott). Mais Rachid Amirou apporte une contribution par un travail critique sur les textes administratifs (enquêtes, sondages, études) produits par les ministères du tourisme et de la culture ou de la DATAR dans le but de mieux appréhender et de définir les pratiques de loisir, mais aussi implicitement de les organiser. Il en va ainsi de la définition du tourisme culturel par l´Observatoire National du Tourisme qui, en le restreignant à la visite payante des monuments historiques et des musées, en exclut le festival d´Avignon ainsi que les visites des parcs et jardins. Pourquoi n´a-t-on pas retenu une définition plus large, qui aurait pu inclure les parcs de loisirs comme Disneyland (qui matérialise un imaginaire féérique basé sur une culture populaire ?), voire le parc Astérix (n´est-il pas identitaire de notre " gauloiserie " ?) ? Idem pour le Ministère du tourisme qui ne considère pas les voyages comme une pratique culturelle. Ces choix relèvent sans aucun doute de la nécessité statistique de ne pas aboutir à des doubles comptes (on ne comptabilise pas à la Culture ce qui l´est au Ministère du Tourisme), mais cela a des incidences en termes de subvention, d´image et de fréquentation. D´où le débat sir la démocratisation de la culture biaisée par une vision somme toute élitiste. Qu´est-ce alors que la culture pour tous si ce ne sont pas les loisirs pour tous se demande Amirou ?

4Par ce type d´interrogation, Rachid Amirou se penche en particulier sur l´inflation actuelle qui caractérise la mise en patrimoine, qui désormais touche ce qu´il est convenu d´appeler le " petit patrimoine ", parce que jusqu´à présent, les objets que l´on y classait, étaient considérés comme trop insignifiants ou trop liés au quotidien. C´est aussi l´immatériel qui est ainsi mis en patrimoine, comme savoir-faire, tels le Calisson d´Aix et la Châtaigne d´Ardèche. Leur valeur d´usage ayant disparu ils sont, après une phase d´abandon, réinvestis de valeurs esthétiques touristiques et identitaires d´ancienneté (symbolique) et de remémoration (Riegl A., 1984, Le culte moderne des monuments – Paris : Seuil)). Cet ensemble participe de l´imaginaire du terroir des citadins comme symbole de leurs racines rurales. Ainsi se définit un patrimoine entre nature et culture, placé dans des écomusées, que Georges Henri-Rivière définit comme des lieux identitaires pour les habitants et un miroir que cette population offre à ses hôtes pour s´en faire mieux comprendre. Si cette fois l´inspiration est libertaire, en ce sens que l´écomusée expose des objets populaires du quotidien par opposition aux œuvres d´art qu´affectionnent les élites, cette patrimonialisation a pour effet spatial une plus grande diffusion du tourisme, qui va à l´encontre, ou pour le moins complète, les classiques fréquentations des hauts lieux. L´imaginaire touristique produit alors un espace touristique diffus, celui du tourisme vert, et une proxémie saisonnière idéalisée celle du citadin et du rural. C´est d´ailleurs pour cette raison que le tourisme est regardé désormais comme une panacée économique pour les arrière-pays et qu´il fait l´objet de politiques volontaristes.

5Pour affiner sa démonstration, Rachid Amirou use, sans en abuser, de la pensée paradoxale. Ceci afin de nous exposer par des raccourcis fulgurants des idées clefs nous permettant d´appréhender la formidable inflation patrimoniale que nous connaissons aujourd´hui. Relatons quelques unes de ces séries paradoxales.

6D´abord le paradoxe festivalier. Alors que les festivals transforment pour un moment donné des lieux ordinaires en hauts lieux culturels et deviennent des points d´ancrage de fréquentations touristiques, le premier paradoxe vient de ce que ces rencontres culturelles sont en règle générale déficitaires et (ou parce que) subventionnées par les pouvoirs publics. C´est ce lien du politique et du culturel qui les rend possible, mais qui à l´inverse des parcs de loisir ne leur permet pas d´acquérir un statut d´entreprise touristique autonome et rentable. Soulignons un autre paradoxe, c´est qu´alors les artistes qui s´y produisent (nous pensons au festival d´Avignon) sont souvent les premiers touristes des lieux qu´ils contribuent à animer.

7Autre paradoxe que celui de la fréquentation des sites. Rachid Amirou montre que si les sites touristiques résistent assez bien aux touristes, ils le font moyennement à la réglementation bureaucratique (lenteurs, incohérences, précipitation et inadaptation des mesures de conservation et de restauration du patrimoine) et assez peu aux spécialistes de la distraction culturelle (certaines animations de sites historiques hésitent entre les ambiances du fast food ou de la fête foraine quand ce n´est pas un " show " de l´animateur qui prime sur l´intérêt de le visite). Nous aurions aimé un plus long développement sur cette question controversée, sachant, comme le souligne Amirou, que la notion de site s´élargit à des lieux qui y échappaient jusqu´à présent, c´est ainsi qu´un voyagiste a pu proposer récemment un séjour dans un camp de concentration nazi.

8Paradoxaux aussi sont d´une part le souci d´authenticité, concept de base de l´imaginaire touristique, et d´autre part le conservatisme auquel il se heurte, que constitue cet imaginaire de la forteresse assiégée qui caractérise toujours la pensée des conservateurs du patrimoine, quels que soient les efforts consentis en matière de muséologie. Le public est encore parfois un intrus, ainsi la grotte Chauvet récemment inventée ne sera pas visitable, alors que par ailleurs Tautavel, comme Altamira ne le sont plus et que l´on visite leurs répliques.

9D´autres paradoxes sont abordés, celui de l´esthétique que l´on hésite à situer entre intuitif et culturel, celui de l´art entre le culturel et la culture, celui de l´ambiguïté des rapports de l´école au modèle des loisirs, qui la font recourir de plus en plus au jeu comme outil d´apprentissage. Ou inversement enfin le pensum " des devoirs de vacances " que s´infligent les touristes " stakhanovises " qui décrivent des parcours labyrinthiques dans des villes d´art et des musées qu´ils " font " jusqu´à l´épuisement.

10Notons pour la forme une erreur de détail p. 50 les Bories de Gordes (Vaucluse) sont dites préhistoriques et d´accès gratuit, alors qu´il s´agit d´un habitat encore fonctionnel au XIXème siècle et à la visite tarifée.

11En définitive nous avons avec ce dernier livre de Rachid Amirou un travail qui apporte des éclairages nouveaux sur une relation bien complexe et en perpétuelle invention, à savoir, celle de la culture et du tourisme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Bachimon, « Amirou R., 2000, Imaginaire du tourisme culturel, Paris, PUF. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 08 juin 2000, consulté le 20 août 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/979

Haut de page

Auteur

Philippe Bachimon

alize.bachimon@wanadoo.fr Professeur à l´université d´Avignon

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page