Navigation – Plan du site
2000

Gomez-Géraud Marie-Christine, 2000, Ecrire le voyage au XVIe siècle en France, Paris, PUF, coll. Etudes littéraires Recto-verso.

Christiane Deluz

Texte intégral

1Comme le veut la collection, l´ouvrage consiste en une double approche littéraire et linguistique du récit de voyage à la Renaissance. Il est fondé sur les oeuvres de 22 auteurs, voyageurs en terres lointaines comme Jacques Cartier, Jean de Léry ou André Thevet, mais aussi simples pèlerins en Terre sainte comme Jacques Lesaige ou Denis Possot.

2L´auteur replace d´abord brièvement les voyages dans leur cadre temporel, le choc de la conquête turque, qui n´empêche pas les contacts avec l´Empire ottoman, l´élargissement du monde dû aux grandes Découvertes et l´humanisme triomphant qui voit dans le voyageur la "créature éminente placée par Dieu au centre du monde pour mieux le découvrir."

3Elle cherche ce qui fait l´unité fondamentale de ce "genre sans loi" qu´est le récit de voyage. Loin du souci romantique d´exprimer une rencontre personnelle avec le monde, le voyageur de la Renaissance se veut avant tout un informateur qui doit dire vrai. De là, l´importance du témoignage vécu qui authentifie les récits. Dans la typologie qu´elle essaie d´en dresser, Marie-Christine Géraud distingue, à partir de la forme minimale du routier, le récit de pèlerinage, à la fois guide et manuel de méditation, le récit de découverte, chronique et journal de bord et enfin les textes qui dépassent l´expérience personnelle dans une perspective encyclopédiste et universalisante, telles les Singularités de la France antarctique d´André Thevet.

4On voit ensuite comment s´élabore la genèse du récit. Il y a appel indispensable à des textes préalables, ce qui conduit souvent pour la Terre sainte à des informations périmées. Mais les sources sont entrelacées avec les notes voire les croquis pris au fil des étapes comme le montre l´analyse des Navigations et pérégrinations en la Turquie (1567) de Nicolas de Nicolay. Il convient aussi d´insérer quelques motifs dont certains s´imposent, notamment celui de la tempête attestant le caractère héroïque de l´entreprise viatique. Peu de place reste pour "l´expression de soi", qui prend cependant plus d´importance à la fin du siècle.

5Le récit ainsi constitué se veut "miroir du monde", un monde mis en ordre à partir de l´itinéraire, un monde nommé avec un souci de donner noms anciens et modernes, y compris les noms étrangers. On constate en effet un intérêt croissant pour la diversité des pays et des peuples du monde. De là toute une "mise en scène de l´altérité" qui n´était qu´ébauchée dans les récits médiévaux et que vient éclairer l´illustration des oeuvres. Les voyageurs sont animés d´un véritable souci ethnographique, cherchant à décrire et à apprécier les différentes cultures pour lesquelles ils éprouvent à la fois "attirance et répulsion." On voit ainsi se construire un modèle de l´homme des antipodes qui renvoie l´homme d´Europe à ses propres limites.

6La seconde partie est consacrée à l´étude linguistique des oeuvres. Elle insiste sur la primauté des marques temporelles, auxquelles sont soumises les marques spatiales. Elle démonte les mécanismes par lesquels les auteurs expriment la nouveauté ou l´inconnu, succession d"analogies, recours aux adjectifs qualificatifs hyperboliques, mesures "démesurées". Une large place est faite à l´étude des mots étrangers, à leur mode d´insertion dans le texte, aux lexiques parfois introduits dans l´oeuvre, pour conclure que les voyageurs ont bien pris conscience de l´altérité linguistique, mais n´ont pas jugé qu´il s´agissait d´une "irréductible étrangeté", rendant impossible toute rencontre.

7L´ouvrage comporte une courte anthologie extraite des oeuvres étudiées, un répertoire bio-bibliographique de leurs auteurs, un lexique et une courte bibliographie. Sa lecture est aisée, stimulante, sur un genre que l´on redécouvre et dont on commence à percevoir que l´intérêt va bien au-delà de la simple recherche d´exotisme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christiane Deluz, « Gomez-Géraud Marie-Christine, 2000, Ecrire le voyage au XVIe siècle en France, Paris, PUF, coll. Etudes littéraires Recto-verso. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 06 juin 2000, consulté le 24 juin 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/981

Haut de page

Auteur

Christiane Deluz

Historienne

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page