Navigation – Plan du site
2000

Vidal L., D´Orgeix E. (dir)., 1999, Les villes françaises du Nouveau Monde. Des premiers fondateurs aux ingénieurs du roi (XVIe-XVIIIe siècles) , Paris, Somogy éditions d´art, 192 p.

Jérôme Monnet

Texte intégral

1Bien que ce ne soit pas le propos des auteurs, on apprend beaucoup sur la France et sur les causes de l´échec de ses ambitions américaines, en lisant cet ouvrage collectif. En effet, il ressort des différents chapitres que la colonisation française du Nouveau Monde à l´époque moderne a été caractérisée par un extraordinaire dirigisme. Celui-ci a fait de la bureaucratie gouvernementale le maître d´œuvre d´une colonisation à laquelle n´a été laissé aucune spontanéité ; le gouvernement a fait des ingénieurs militaires sa principale source d´information et le levier de son action outre-Atlantique ; ces militaires ont fait des fortifications l´élément essentiel de l´urbanisation américaine à la française ; cette obsession défensive a fait des villes dont le développement était extrêmement contraint ; ces villes ont fait des colonies vulnérables, dont les fondements et la relation à la métropole étaient trop étroitement dépendants de la politique gouvernementale. Il ne semble pas y avoir eu un système d´acteurs dont la multiplicité d´intérêts aurait permis de compenser l´affaiblissement des uns par l´importance croissante des autres.

2L´ouvrage comble donc une lacune, en permettant de mettre enfin en perspective le cas français avec ce que l´on sait des colonisations espagnole, portugaise et anglo-saxonne. à cet égard, il apparaît que la colonisation française a été la plus " militariste " du continent, peut-être parce qu´elle fut plus préoccupée de la rivalité des autorités françaises avec les Espagnols d´abord, puis avec les Anglais, que de poser les bases durables d´un développement américain. Le dernier chapitre sur " le Dépôt des fortifications des colonies " rappelle que ce sont dans ces archives que l´on doit aller chercher des informations sur les droits fonciers, les litiges juridiques, les compétences ecclésiastiques, les édifications civiles etc., comme si tous ces domaines étaient subordonnés à la chose militaire. Les différents chapitres sur " Les villes neuves : modèles, projets et expériences " en France (1ère partie) et sur " Les ingénieurs du roi au Nouveau Monde " (3ème partie) démontrent à l´envi comment, dès le XVIIe siècle et Vauban (et bien avant Napoléon et les " grandes écoles "), une vision rationalisatrice et administrative s´est imposée dans la conception de ce que doit être une ville. En France même, les places-fortes d´Alsace-Lorraine et l´arsenal de Rochefort évoqués dans l´ouvrage n´ont pas installé durablement ces nouvelles cités dans la hiérarchie urbaine du pays, ni même dans celle de leur région. Dans les colonies, où ces utopies urbaines étaient censées ancrer le projet colonial, elles n´ont pas eu plus de succès. Québec pourrait apparaître comme l´exception qui confirme la règle, mais si l´on en croit Luc Bureau (1), même cette dernière, parce qu´elle " habite un autre continent ", s´est vue voler la vedette par " l´américanité sauvage " de Montréal.

3La deuxième partie (" Les villes française du Nouveau Monde : essai d´inventaire ") montre que les conditions de conception, d´implantation et de développement des établissements français les ont systématiquement rendues vulnérables en les maintenant dans une dépendance à sens unique avec la métropole ; de l´État, on doit toujours attendre tout : des ingénieurs, de la main d´œuvre, des matériaux. Les carrières se font et se défont en France, les ordres se prennent en France, les abandons se décident en France. La comparaison avec la colonisation espagnole est éclairante car, même si celle-ci fut également très bureaucratique, les possessions du Nouveau Monde jouèrent le rôle de laboratoire de la modernisation de l´administration : les initiatives, les idées, les élites circulaient donc davantage dans les deux sens chez les Espagnols. A la lecture, on se demande si la construction précoce de l´État moderne en France, avec ce qui l´accompagne de centralisation du pouvoir, d´uniformisation (de la langue, du droit, de la monnaie), et de rationalisation administrative n´a pas favorisé l´établissement d´une relation à sens unique avec les colonies. Les chapitres introductifs sur les différents espaces coloniaux restent un peu trop allusifs, anecdotiques et juxtaposés pour permettre d´aller plus avant dans cette réflexion.

4Au bout du compte, cet intéressant ouvrage provoque une série de frustrations, dont une partie est à porter à son crédit (il a le mérite d´ouvrir des horizons et de donner envie d´en savoir plus). les autres frustrations viennent du fait que certains partis n´ont pas été suffisamment poussés. Ainsi, on a entre les mains la taille, le poids et la qualité d´impression d´un ouvrage d´art ; du coup, on regrette parfois d´avoir à se brimer les yeux sur des reproductions trop petites pour profiter de tout l´intérêt du document représenté. Une autre légère frustration provient de l´idée a priori stimulante de voir se rencontrer sur le même objet les perspectives d´historiens, d´historiens de l´art, d´architectes, d´urbanistes et de géographes ; sur ce point justement, les géographes ne peuvent que rester sur leur faim, car des " villes françaises du Nouveau Monde ", on ne parle ici qu´aux deux échelles du plan général et du site de leur construction. A ces échelles pertinentes pour comprendre certaines des logiques qui guidaient les " premiers fondateurs et ingénieurs du roi " (comme le précise le sous-titre bien à propos), nous savons qu´il faudrait ajouter les échelles de l´espace vécu, d´une part, et celles des ensembles américain et occidental, d´autre part, afin d´analyser ces villes non plus seulement comme des objets spatiaux mais aussi comme des objets sociaux. Il reste à souhaiter que de futures recherches et rencontres nous donnent un ouvrage équivalent dans cette optique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérôme Monnet, « Vidal L., D´Orgeix E. (dir)., 1999, Les villes françaises du Nouveau Monde. Des premiers fondateurs aux ingénieurs du roi (XVIe-XVIIIe siècles) , Paris, Somogy éditions d´art, 192 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 24 mars 2000, consulté le 26 avril 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/987

Haut de page

Auteur

Jérôme Monnet

Université de Toulouse-Le Mirail. Institut universitaire de France.
monnet@cict.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page