Navigation – Plan du site
2007

Amilhat-Szary A-L, Fourny M.-C. (dir.), 2006, Après les frontières, avec la frontière, Nouvelles dynamiques transfrontalières en Europe, Editions de l’Aube, La Tour d’Aigues, 170 p.

Cécile Buxeda

Texte intégral

1Les frontières internes de l’Europe sont en pleine mutation. Elles sont désormais ouvertes aux flux de personnes et de marchandises. Sont-elles pour autant comme on peut le lire ou l’entendre ici ou là, archaïques, dépassées, voire effacées ? Le parti pris de cet ouvrage collectif qui rassemble des contributions issues d’un colloque organisé à Grenoble par l’UMR Pacte-territoires et l’Institut de géographie alpine, est de montrer que les frontières politiques internes de l’Europe et les espaces frontaliers qui les jouxtent sont, au contraire, au cœur de dynamiques territoriales complexes qui ne peuvent être résumées par des affirmations caricaturales. Les frontières sont certes « déplacées, resignifiées, virtualisées » mais elles continuent à marquer et à participer pleinement à des processus de construction territoriale novateurs. Ainsi, les espaces transfrontaliers émergents peuvent être appréhendés comme de véritables laboratoires, où l’on verrait apparaître de nouveaux rapports au territoire, ce dernier étant appréhendé dans sa dimension culturelle, sociale, anthropologique et pas simplement dans son acceptation politique.

2Les différentes contributions de cet ouvrage sont rassemblées en trois parties qui appréhendent l'émergence de ces territoires transfrontaliers sous différentes facettes.

3La première partie explore les formes de constructions institutionnelles transfrontalières, en insistant notamment sur le rôle des acteurs de la coopération transfrontalière. Ceux-ci sont souvent très nombreux et appartiennent à différents niveaux d'intervention (local, régional, national, européen), contribuant à produire une offre potentielle importante voire pléthorique en matière d'institutions transfrontalières. Pour Cédric Dupont, Denis Knubel et Ellen Wiegandt cela risque d’aboutir, dans le cas de la Suisse, à l’affaiblissement de ces institutions, qui restent souvent en décalage avec une demande faible, non alimentée par un tissu social ou par une identité régionale suffisamment robustes. De leur côté, Fabienne Leloup et Laurence Moyart montrent, à propos de l'exemple de la coopération universitaire et culturelle entre le Hainaut belge et français, comment on peut tenter, malgré les difficultés, de créer de nouvelles formes de gouvernance territoriale transfrontalière fondée sur l'élaboration d'un projet commun. La contribution de Yann Braem s'intéresse quant à elle à un autre type d'acteur, plus rarement étudié, les ONG. Certaines se revendiquent "sans frontière" mais l'auteur démontre, en s'appuyant sur l'exemple du Kosovo, que dans les faits, les relations que les ONG entretiennent avec les frontières sont bien plus ambivalentes, la frontière étant à la fois subie comme une contrainte (notamment pour des questions de sécurité de leurs personnels) ou utilisée comme source d'opportunité (financière ou médiatique notamment).

4La deuxième partie de l'ouvrage s'intéresse aux processus de construction identitaire en contexte transfrontalier. Hélène Velasco-Graciet explique que ce que l'on désigne souvent comme la complexité territoriale actuelle traduit en fait une plus grande fluidité du territoire qui tend, notamment en contexte frontalier, à remplacer des appartenances socio-spatiales exclusives, normées par les frontières étatiques, par des appartenances plus multiples et surtout plus mouvantes, qui permettent de voir se dessiner des espaces, linguistiques ou festifs par exemple, où la frontière n'est plus. Les deux contributions de Juliet J. Fall et d'Olivier Charlot s'intéressent quant à elles aux différents enjeux que peut représenter la présence d'espaces naturels frontaliers, en termes de gestion coopérative transfrontalière, et donc de représentations, dans le premier cas et en termes de gestion de la mémoire de la frontière interallemande dans le second cas.

5C'est le franchissement de la frontière qui constitue le fil directeur de la troisième et dernière partie. La notion de franchissement est ici abordée à différentes échelles (urbaine, régionale, nationale), de façon concrète (les mouvements qui traversent la frontière) ou plus symbolique (la manière de mobiliser la frontière comme ressource de politiques urbaines). Ainsi, Elisabeth Dury s'intéresse aux reconfigurations des mobilités quotidiennes berlinoises après la chute du mur ; Grégory Hamez montre que l'analyse de la nuptialité mixte (franco-belge, franco-allemande ou franco-britannique) est riche d'enseignements sur l'évolution des espaces des relations transfrontalières et transnationales ; Bernard Reitel, à travers une étude comparative des agglomérations transfrontalières de Bâle et de Strasbourg, s'interroge quant à lui sur les stratégies mises en places dans les politiques urbaines et sur la manière dont elles intègrent, exploitent ou butent sur la frontière.

6A travers ses différentes contributions, théoriques ou plus monographiques, cet ouvrage nous montre les espaces transfrontaliers comme de véritables "bouillons de culture" où les catégories ou les normes ont tendance à se brouiller mais d'où émergent progressivement, dans une tension permanente, de nouvelles formes de gouvernance, de nouveaux référents identitaires ou de nouveaux cadres territoriaux. Il apporte donc une contribution intéressante à la réflexion actuelle sur les mutations de l’objet spatial « frontière » et sur ses implications. La diversité des approches méthodologiques des auteurs (analyses statistiques ou cartographiques, analyse du discours…) fait beaucoup pour la richesse de cet ouvrage ainsi que leur origine variée (géographie, économie, politique, géopolitique, anthropologie), même si l'on peut regretter que la discipline des auteurs ne soit pas systématiquement précisée pour chaque contribution. Mais l'originalité de l'ouvrage réside également beaucoup dans le choix des thématiques : les ONG, la nature, les langues, la nuptialité sont autant de thématiques ou "d'indicateurs" qui permettent d'apporter un éclairage inédit sur le fait transfrontalier. On peut cependant regretter que, outre la présence d'une introduction générale, constituant un cadrage théorique nécessaire, il n'y ait pas d'introductions ou de conclusions pour chacune des parties ou encore de conclusion générale. Cela aurait peut-être permis de donner un peu plus de « liant » à l'ouvrage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cécile Buxeda, « Amilhat-Szary A-L, Fourny M.-C. (dir.), 2006, Après les frontières, avec la frontière, Nouvelles dynamiques transfrontalières en Europe, Editions de l’Aube, La Tour d’Aigues, 170 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 12 septembre 2007, consulté le 23 mars 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/9992

Haut de page

Auteur

Cécile Buxeda

professeur d’histoire-géographie au lycée A. Schweitzer (Le Raincy)cecile.buxeda@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page